Les chiens russes (Russie)

Parmi les nombreuses races de chiens qui existent quelques-unes sont russes:

Le Berger du Caucase

(Кавказская овчарка)

Comme son nom l’indique il est originaire du Caucase et s’est au cours de l’histoire particulièrement diffusé dans l’ancien empire russe et l’URSS.

Mal connu en France car très peu répandu c’est ce que l’on appelle un molossoïde, pesant en moyenne entre 70 kg et pouvant atteindre presque 2 mètres une fois dressé sur ses pattes arrière.

Excellent chien de garde et de berger, autrefois utilisé par l’armée russe et de nos jours dans les prisons russes pour maîtriser les détenus, c’est un chien rustique capable de résister à des conditions climatiques très difficiles et des prédateurs dangereux (loup, lynx, ours).

Samoyède

(Самоедская собака)

Le nom Samoyède est issu du nom des tribus samoyèdes de l’arctique sibérien.

Dans le sud de cette partie septentrionale de la Russie ces chiens blancs, noirs ou tachés de marron étaient utilisés pour garder les troupeaux de rennes.

Tandis que dans la partie nord, les Samoyèdes, la plupart d’un blanc immaculé, servaient de chiens de chasse et de chiens de traîneau.

Membre de la famille à part entière, la tribu des Samoyèdes avait pour habitude de garder leur chien avec eux sous la tente la nuit.

Husky de Sibérie

(Сибирский хаски)

Le Husky sibérien est originellement rattaché au peuple Tchouktches, un peuple installé sur les rives de l’océan arctique et de la mer de Béring (arctique sibérien oriental).

Au fil du temps les Tchouktches ont éliminé des lignées les chiens les plus agressifs pour arriver à une race de husky plus douce, à la fois idéale comme chien de traineau et de compagnie.

Tout comme les tribus Samoyedes, les nomades Tchouktches avaient pour habitude de faire dormir leurs chiens dans leur tente.

Laïka

(Лайка)

Ici on ne va pas parler de la pauvre Laïka qui fut le premier être vivant envoyé dans l’espace (je lui consacrerai plus tard un article) mais de la race de chiens Laïka.

Il existe en fait 5 déclinaisons de la race Laïka qui défilent au gré de la géographie russe (Yakoute, russo-européenne, carélo-finnoise et Nenetse) mais on va parler ici de celle qui est considérée comme la race Laïka standard: celle de Sibérie occidentale.

Quoi de mieux que de citer directement Nicolas Vanier qui sait de quoi il parle:  » En Sibérie, les trappeurs traquent avec eux l’ours et la zibeline. Capable de suivre longtemps la piste d’un animal dans la neige, le « laïka » est un chien très endurant. Il ressemble à un husky puissant mais plus léger et plus rapide que les traditionnelles races de chiens nordiques« .

C’est également un très excellent chien de traîneau.

Bichon russe

(Цветная болонка)

Avec ce bichon la Russie déroge à la règle d’autrefois où seuls étaient prisés les chiens de « travail », comprenez chiens de garde, de berger ou de combat.

Une race de bichon fut importée par l’armée de Napoléon Bonaparte lors de la campagne de Russie.

Malgré la défaite, quelques spécimens restèrent dans le pays et contribuèrent à créer le bichon russe d’aujourd’hui issu d’un mélange de 2 autres races orchestré au début des années 50 par un groupe de russes passionnés par les chiens de petite taille.

La race se standardisera pour donner le Tsvetnaya Bolonka, littéralement « petit chien coloré » qui est le bichon russe que nous connaissons aujourd’hui.

Lévrier Barzoï ou lévrier russe

(Русская псовая борзая)

Il s’agirait d’un croisement entre un lévrier asiatique et une race de chien polaire à qui il doit son long pelage. C’est un chien grand, fin et athlétique dont la vitesse peut dépasser les 50mk/h.

On en retrouve trace il y a plus de 9 siècles, il était paraît-il particulièrement prisé pour les chasses au lièvre et au loup et très apprécié des poètes et des tsars.

Terrier noir russe

Il n’a de terrier que le nom car il est beaucoup plus grand que la moyenne. C’est une race créé de toutes pièces pendant la seconde moitié du 20ème siècle.

Les dirigeants de l’URSS souhaitaient créer une race autochtone, idéale comme chien de garde et de police, sportif, robuste et pouvant résister aux différents climats du pays.

Pour générer cette petite merveille qui répond à toutes ces attentes il a fallu le mélange d’une vingtaine de races. Les 3 principales étant le Schnauzer géant, l’Airedale et le Rottweiller.

On le trouve très rarement en dehors de la Russie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s